MOBILITE ET FLEXIBILITE

Dans le domaine de la santé et en particulier dans l’industrie du fitness, la mobilité est à la base de la pyramide. La longévité articulaire permet d’augmenter la qualité des mouvements et donc d’augmenter les performances dans le temps ainsi que les autres aspects cités ci-après. C’est pourquoi tout le monde devrait passer plus de temps sur sa mobilité. Malheureusement, cette dernière est négligée par beaucoup contrairement aux aspects esthétiques, physiques ou de performance.

Pour définir ce qu’est la mobilité il faut d’abord mettre en lumière une erreur de langage que l’on retrouve chez un grand nombre d’amateurs de sport, à savoir, utiliser le terme de « flexibilité » autrement dit « souplesse » pour désigner la mobilité. 

  • La flexibilité est la capacité à passivement atteindre une amplitude de mouvement. Autrement dit c’est la gravité ou un partenaire qui nous tire dans une position dans laquelle nous ne produisons aucun effort, le but étant de respirer et de se relaxer. 

Durant plusieurs années cette pratique a été indiqué en tant que prévention aux blessures ou encore dans un but d’amélioration des performances physiques. Cependant, au cours de cette action de stretch passif il arrive aux fibres musculaires de se contracter nous empêchant de nous tirer plus loin dans la position : c’est le reflex myotatique. Il s’agit d’un réflexe spinal monosynaptique qui est la contraction d’un muscle en réponse à son étirement. Nous sommes donc freinés par notre système nerveux qui nous alerte avant de déchirer nos fibres musculaires. Par conséquence, dire que la souplesse allonge nos muscles est un mythe à éteindre.

  • Pour sa part, la mobilité est la capacité à contrôler une amplitude de mouvement. Ici, le but est d’utiliser activement nos muscles afin d’utiliser l’amplitude de mouvement qui nous est propre. Toutefois, il faut garder à l’esprit qu’il vous faut au préalable une amplitude de mouvement passive pour pouvoir ensuite la contrôler. Donc la flexibilité est un prérequis à la mobilité. 

Pour imager ce concept de mobilité, imaginez-vous avoir une voiture que vous pouvez amener jusqu’à 100km/h (= flexibilité = amplitude de mouvement passive) mais dont vous n’avez un entier contrôle uniquement lorsque vous atteignez les 60km/h (=mobilité). Une fois cette limite dépassée vous perdez le contrôle du véhicule et risquer l’accident. C’est exactement ce qui se passe lorsque nous nous blessons.

Il faut ajouter à cela que la mobilité n’est pas un échauffement, mais doit plutôt être considérée comme un entrainement en soi et établi de manière structurée ou alors comme un exercice de force que l’on peut intégrer dans son entrainement. 

En conclusion, la mobilité c’est apprendre à développer de la force sur des angles spécifiques d’une articulation. Nous avons un contrôle limité en fin d’amplitude de mouvement, c’est-à-dire que nous n’arrivons plus à produire de force et c’est là où notre système nerveux est le plus vulnérable. Si votre but est d’améliorer votre exécution sur certains mouvements, ou d’avoir une plus ample compréhension de vos articulations en général, c’est donc le moment pour tous de travailler sur cet aspect délaissé de l’entrainement qu’est la mobilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *